berce caucase 4.jpg berce caucase 3.jpg berce_du_caucase_1.jpg berce caucase 2.jpg

La berce du Caucase

La berce du Caucase est une plante envahissante qui représente un risque pour la santé et pour l’environnement. Il est important de savoir qu'elle est présente sur le territoire de Saint-Colomban

La sève de cette plante contient des toxines activées par les rayons ultra-violets. Le contact avec la sève, combiné à l’exposition à la lumière, peut causer des lésions cutanées semblables à des brûlures.

De plus, la berce du Caucase est très envahissante et colonise rapidement divers milieux. Elle nuit à la croissance des plantes indigènes et peut entraîner une perte de biodiversité.

Cet été, soyez vigilants ! Si vous croyez être en présence de la berce du Caucase, évitez tout contact avec elle ! Sa sève est toxique et provoque des brûlures qui peuvent se produire jusqu’à 48 h après le contact. Certaines personnes restent même sensibles au soleil pendant plusieurs mois, voir des années !

Il ne faut jamais la semer, la planter, la multiplier ou la transporter. Lorsqu’elle colonise un milieu, ayant peu de compétiteurs naturels au Québec, elle déstabilise les écosystèmes en nuisant à la croissance des autres plantes. De plus, elle contribue à l’érosion du sol.

Comment la reconnaître ?

Cette plante peut mesurer de 2 à 5 mètres de haut. Elle possède plusieurs petites fleurs blanches disposées en ombelle (forme de parapluie inversé). Sur sa tige, on peut observer des taches de couleur rouge foncé à violet. Ses feuilles sont larges et de grande taille.

On retrouve cette plante sur la bordure des routes, dans les fossés, à la lisière des forêts, sur les berges des cours d’eau, dans les boisés ouverts, dans les champs, dans des milieux humides, forestiers et/ou urbains, dans des zones agricoles et dans des plaines inondables.

Attention! Ne pas confondre avec la Berce laineuse (Heracleum maximum) et l’Angélique noire-pourprée (Angelica atropurpurea).

Pour de plus amples informations ou pour participer à l’effort collectif pour contrôler cette espèce envahissante, visitez les sites suivants :

 

Développement durable, Environnement, Faune et Parc