Histoire

Ville de Saint-Colomban

La municipalité de Saint-Colomban a obtenu son statut de ville en 2010. Chasseurs et trappeurs, agriculteurs ayant émigré d’Irlande puis d’Ukraine, de Pologne et de Russie, ainsi que villégiateurs venus des villes voisines ont tour à tour occupé le territoire. Un nombre croissant de jeunes familles viennent maintenant s’y installer.

Origine du nom de la ville de Saint-Colomban ?

Considéré comme le saint patron des Irlandais, Saint Colomban était un moine irlandais qui a évangélisé les populations campagnardes de Gaule, d’Allemagne, d’Helvétie et d’Italie.

Vers 1820 : Colonisation

Avant l’arrivée des premiers colons vers 1820, les terres du territoire qui appartenaient officiellement à la seigneurie du Lac des Deux-Montagnes n’étaient qu’une vaste forêt presque inhabitée, fréquentée par les chasseurs et trappeurs circulant sur la rivière du Nord. Les premiers colons venus s’établir ici sont surtout des Irlandais catholiques qui occupent d’abord des lots de colonisation le long de la rivière du Nord et avancent par la suite vers l’intérieur des terres.

1835 : Formation de la paroisse

Jusqu’à la Première guerre mondiale, les Irlandais forment la majorité de la population. En 1831, ils font ériger une chapelle et, en 1835, la paroisse est constituée. Le premier curé, Étienne Blyth, est d’origine irlandaise. En 1837, un groupe d’Irlandais de la région se joint à la Rébellion des Patriotes.

Vers 1840, la population atteint un sommet d’environ 1000 habitants. Vingt ans plus tard, une église est érigée –l’église actuelle– pour remplacer la chapelle devenue trop exigüe. Un complexe de moulins hydrauliques se trouvait également sur le chemin de la Rivière-du-Nord, à l’intersection de l’actuelle montée Cyr. À cette époque, les Colombanois vivaient principalement du commerce du bois et de l’agriculture.

1930 : L’arrivée de nouveaux immigrants

À partir des années 1855-60, la population commence à diminuer en raison de la pauvreté du sol déjà épuisé par une première génération d’agriculteurs. Ainsi, en 1911, il ne reste plus que 291 personnes. Vers 1930, de nouveaux immigrants en provenance d’Ukraine, de Pologne et de Russie viennent occuper les terres désertées par les Irlandais. L’arrivée des nouveaux immigrants contribue à la remontée de la population.

1960 à 1970 : L’époque des villégiateurs

Dans les années 1960, des villégiateurs venus de Montréal, Laval, Saint-Eustache et d’autres municipalités voisines se construisent des chalets sur le territoire. La création par les villégiateurs d’une dizaine de lacs artificiels influencera dans une certaine mesure l’urbanisation de Saint-Colomban.

1969 : Implantation de l’aéroport international de Montréal à Mirabel

L’attrait de Saint-Colomban pour les familles s’accentue à la suite du développement du réseau routier et de l’implantation en 1969 de l’aéroport international de Montréal, à Mirabel.

1990 à 2000: Croissance de la construction domiciliaire

Dans les années 1990 à 2000, la croissance de la construction domiciliaire à Saint-Colomban marque un nouveau virage. La venue de grandes entreprises à Mirabel telles que Bell Helicopter, Bombardier et Messier Downty ont incité davantage les familles à emménager à Saint-Colomban.

Liens utiles